L’hégémonie du camp du bien

Le numéro de février 2016 de La Revue des deux Mondes en 2016, portait le titre bien amusant de « L'hégémonie du camp du Bien battue en brèche ». Malgré le titre, l’ensemble des textes proposant l’analyse du camp du Bien (le terme sera à retenir) semble sans intérêt par-delà la déclinaison des stéréotypes habituels d’une droite assoupie dans son conservatisme.

La société contre l’État

Et si le matérialisme – historique ou dialectique – n'était qu'une autre manifestation de la pensée étatique, c'est-à-dire de l'autoritarisme anti-démocratique (au sens le plus large du terme) et anti-social ?

Une nouvelle histoire de l’humanité

Dans les années 60, Pierre Clastres a interrogé le lien de nécessité entre pouvoir et coercition, montrant que de nombreuses sociétés qu’il appelle primitives étaient pourvues d’une organisation sociale sans avoir développé de structures étatiques.

Punir (Didier Fassin)

Par-delà le débat actuel sur les conceptions juridiques et philosophiques – utilitariste et rétributiviste, tournées vers l’avenir et la rééducation pour la première et vers le passé et l’expiation pour la seconde –, Fassin rappelle également « la part maudite » voilée, qui se cache derrière les discussions sur le châtiment.