Mar 142016
 

Écrits du Divan

The Other Scene prépare un numéro thématique sur l’écriture en analyse.

« Il arrive que l’écriture vienne au secours de la parole, qu’elle en pallie les lacunes et en contourne les défenses. Dans tous les cas, étayée au transfert, elle surfe sur une vague pulsionnelle, ou douloureuse, pour exposer des scènes, desmorceaux d’une histoire en attente d’être pensée. Dans Les outils du poète,Gaston Miron dit : « On s’écrit toujours à l’avance. Et c’est après qu’on se dit :“Ah bon, c’était déjà écrit dans un poème.” » ( Miron, 1994) Le poème narratif,l’écriture de soi et l’autofiction puisent à même cette part de soi soustraite audiscours officiel, produisant ainsi un savoir qu’il reste à reconnaître. Dans « Lamarche à l’amour », il montre bien que c’est du lieu où ça ne parle pas que ça écrit (Nepveu, 2011). Et que l’écrit nous informe, mieux, nous précède. À ce qui « du plus loin que moi » ( Miron, 2011), survit au désastre et souffre encore. […] »

Présentation du numéro et conditions de soumission d’articles : Écrits du Divan