Les souverains d’Europe centrale avaient la vie dure …

Humoristique, ce petit dessin nous dit pourtant beaucoup de choses. Pour beaucoup qui ne connaissent pas l’histoire des pays d’Europe centrale, son propos est surprenant.

Humoristique, ce petit dessin nous dit pourtant beaucoup de choses. Pour beaucoup qui ne connaissent pas l’histoire des pays d’Europe centrale, son propos est surprenant. En effet, la doxa veut que la démocratie représentative ait germé en Angleterre puis éclaté en France et aux États-Unis dans le cadre des grandes révolutions de la fin du 18e siècle.

Ce dessin révèle ainsi que la situation connue par les royaumes occidentaux n’était pas la règle contrairement à ce que les manuels d’histoire prétendent, faisant de tout ce qui ne rentre pas dans le modèle une anomalie. Les événements et le poids structurel de la noblesse dans les sociétés d’Europe centrale faisaient que le pouvoir central y était sérieusement mis à mal au Moyen Âge. Dans les Anciens Pays Bas, ce sont les villes qui entraînent la même situation. Contrairement aux idées reçues, la conception contractualiste du pouvoir (par opposition à la tradition paulinienne de l’origine divine du pouvoir) était une réalité bien ancrée.

Ce petit dessin n’est pas moins une caricature et il exagère aussi le pouvoir absolu des souverains d’occident pour mieux le contrasté avec le ‘chahut’ polono-lituanien. Mais là non plus le pouvoir des souverains n’était pas si assuré, même si la prétention à un pouvoir venant de Dieu y était plus affirmée. Et c’est donc un autre biais qui se dessine : la tendance à plaquer sur le Moyen Âge des réalités qui appartiennent à des périodes plus tardives, aux sociétés des 17e et 18e siècles. C’est en effet à cette période que l’absolutisme d’installe, que la noblesse se ferme véritablement au reste de la société. Mais ce discours avait une fonction : mieux enraciner le lien entre idée démocratique et 1789, et donc la « nouvelle société » qui en était née.

Eloise Adde
Eloise Adde
Publications: 6